14 janvier 2010

BRIGHT STAR, de Jane Campion

brightstar

« A thing of beauty is a joy forever ». Simple et pur. Bright Star l’est aussi.

La passion amoureuse est sacrée : c’est le credo de John Keats. Deux amants se tournent autour, ne pouvant faire fi des bienséances. L’un, poète romantique dont l’éclat ne sera pas reconnu de son vivant, sans le sou, vivant avec son meilleur ami qui compose avec lui ; l’une qui habite avec sa famille comme le doivent les jeunes filles de son âge, aime les commérages et les nouvelles robes. Cela pourrait être l’histoire de tant d’anonymes… eh bien, non cette fois-ci : il s’agit de celle de John Keats (Ben Whishaw) et Miss Fanny Brawne (Abbie Cornish).

 Les deux jeunes gens s’intriguent et s’irritent mutuellement : elle voudrait percer au grand jour ce petit monde intellectuel, mais qu’est-ce que la poésie sinon un charabia sans précédent ? Qu’est ce que tout cet apparat ? Il faut arrêter de faire semblant… une telle idée soutenue avec hargne et méchanceté par Mr Brown, l’antipathique ami du jeune poète qui devient jaloux et cynique car il l’apprécie et l’ admire profondément… Mais très bientôt, même si les décents « Mr Keats » restent, le désir et le manque de l’autre ne laissent pas de se faire ressentir, dans l’embrasure d’une porte, en imaginant sa présence au-delà d’un mur, elle apparaissant derrière une vitre. Il est loin et se sent incapable de tout, d’être un bon auteur et de pouvoir être avec elle, sans la déshonorer aux yeux de cette sévère société anglaise, et les pleurs de la jeune fille et sa déception sont vrais, justifiés, on pleure avec elle. Quand ils sont heureux, on frémit de légèreté et rêve de toutes ces fleurs doucement colorées qui les entourent… Malheureusement, on est trop bien conscient de … ce qui sera ou pas.

           La musique est certainement un petit peu trop empathique parfois, mais on ressort charmé et ému de ce film, et comme dirait une autre critique de Bright Star – auteur tu te reconnaîtras ( je n’ai pas pu m’empêcher de la lire avant d’écrire moi-même)- heureusement que des mots et des vers de Keats nous attendent quelque part !

111831_10_bright_star

Posté par Sofa à 00:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur BRIGHT STAR, de Jane Campion

    Comme quoi c'est amusant de voir les différents avis. Je ne pensais quand même pas qu'il t'avait fait autant d'effet au niveau émotionnel - peut-être parce que sur moi cela n'a que très peu fonctionné.

    Posté par Pauline, 16 janvier 2010 à 16:57 | | Répondre
Nouveau commentaire