23 avril 2010

THE BRIAN JONESTOWN MASSACRE (TOULOUSE)

gion

Ce mec-là est bien réel. On en a eu la preuve tout à l'heure. Joel Gion, sa casquette, ses lunettes, son tambourin; Anton Newcombe retranché à gauche (tout à gauche) de la scène; Matt Hollywood et son jabot.
Ce mec là a un peu vieilli et semble, à première vue s'être assagi. Anton Newcombe aussi. Matt Hollywood sourit.

OUI, à première vue, ils paraissent plus calmes. On se le dit les premières minutes, mais voilà, petit à petit, on entre dans leur monde, musical d'abord aux sonorités orientales, du bon vieux rock en perspective, puis celui de leur "personnage" car chacun -du moins le trio des débuts- a créé un mythe autour de lui.Ce qui est merveilleux quand on est public d'un concert, c'est ce moment grisant quand rien n'est plus important que le son qui fait partie de vous, que la moindre mimique d'un de ces extraterrestres, que sa survie quand une foule en délire vous écrase; on râle, on maudit les autres, mais la bataille acharnée ne fait que renforcé la nouveau lien quir elie les amateurs de musique à leur objet de dévotion.

Posté par Sofa à 02:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur THE BRIAN JONESTOWN MASSACRE (TOULOUSE)

Nouveau commentaire